44 milliards de Gigaoctets, c’est la quantité de données produite sur internet en 2016. Ce chiffre est censé passer à 463 milliards d’ici 2025. Devant cette production exponentielle de données, la data governance ou la gouvernance des données (GD) devient primordiale. Il convient de définir cette notion, et d’en donner les implications.

Data Governance : définition

La data governance ou gouvernance des données en français se définit comme l’ensemble des organes de gouvernances et des procédures bien définies au sein d’une structure permettant d’encadrer la collecte et l’utilisation des données. Elle permet d’appliquer les obligations que la loi impose dans les pays ou les régions. Il s’agit aussi d’instaurer un cadre interne pour que les données soient utilisées de manière optimale. C’est une gouvernance de l’information à l’échelle de toute une entreprise.

La Data Governance prend en compte les gens, les procédés et les technologies qui sont requis pour gérer de manière consistante et conventionnelle les données d’une organisation. Elle fait intervenir toutes les pratiques adéquates de gestion de données, mais aussi les stratégies et les structures nécessaires pour assurer que les données sont gérées comme des actifs à transformer en information utile et viable.

La mise en place d’une gouvernance des données

Cette mise en place commence avant tout en définissant les dépositaires de l’ensemble des données de l’entreprise. Ce rôle est connu sous la dénomination d’« intendance de données » (ou data stewardship en anglais). Là, on se posera essentiellement des questions par rapport au stockage et à la sauvegarde des données. On s’intéressera également à leur archivage ainsi que leur protection contre des accidents, le vol ou des attaques. Un ensemble de règles et de procédures doit être mis en œuvre pour définir la manière d’utiliser les données par un personnel autorisé.

On doit aussi penser à des moyens d’auditer l’utilisation des données. Ainsi, elles doivent se faire selon les règles internes établies. Après l’établissement de la stratégie globale, les propriétaires et dépositaires des données étant connus, une équipe peut être mise en place. Son rôle est de mettre en œuvre les politiques et procédures de traitement des données. Les membres de cette équipe sont :

  • le Data Strategist : il est chargé de la stratégie des données ;
  • le Data Compliance Officer : il s’assure que la stratégie et la mise en œuvre des politiques internes sont en adéquation avec les réglementations. On a l’exemple du RGPD qui rend d’ailleurs la GD obligatoire ;
  • le Data Analyst : en charge de l’analyse des données. Il en ressort les tendances pour mettre à jour les informations statistiques ;
  • et le Master Data Governance : Il est chargé de l’établissement et de la mise en œuvre de la politique des données dans toute l’entreprise.

Toutes les entreprises étant différentes, les bonnes pratiques de la data governance s’implémenteront différemment selon l’organisation. Néanmoins, pour une bonne gestion des données dans une entreprise, il faut établir des objectifs SMART (Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Tangible). Il s’agit de définir clairement à qui appartiennent les données, puis d’établir les rôles et les responsabilités. Il faut ensuite se concentrer sur les modèles opérationnels, et plus important, souvent communiquer. En effet, les mauvaises données font prendre de mauvaises décisions. Ne négligez donc pas vos données.